Archives de catégorie : Analyse de spectacle

Publication – Etude de cas Avec vue sur la piste

La chaire ICiMa a récemment mis en ligne une base de données sur les agrès et scénographies de cirque composée de documents techniques, mais aussi d’études de cas, d’entretiens avec des artistes et des techniciens.nes, ainsi que d’analyses de différents spectacles.

Parmi ces spectacles, Avec vue sur la piste, mis en scène par Alain Reynaud, repose sur la relation entre cirque et musique – l’étude est disponible dans la partie « Scénographie ».

Chanter pour mieux distancier ? La mise en scène du fait réel à l’opéra

L’actualité à l’opéra est une problématique dont les compositeurs se soucient dès le début du XXe siècle, si bien qu’au cœur de la République de Weimar, certains tentent d’y répondre grâce à une nouvelle forme, le Zeitoper (dérivé de Zeitung qui signifie journal). Née en 1927 avec l’opéra Johnny spielt auf d’Ernst Krenek, cette nouvelle forme inscrit la fiction au cœur de l’époque contemporaine des spectateurs. Kurt Weill, qui « croi[t] sans réserve à l’opéra1 », est de ceux qui tentent de penser cette nouvelle dramaturgie2. Le compositeur est effectivement persuadé que ce sont toujours les mêmes « complexes intellectuels et moraux3 » que l’on retrouve sur les scènes d’opéra et que les différences ne se révèlent que dans la manière de les traiter et dans les outils utilisés pour les représenter. Au XXe siècle, ces mêmes « complexes intellectuels et moraux » demandent à s’inscrire dans un contexte plus proche de celui du spectateur. Cela revient en somme à historiciser et actualiser les formes opératiques et, par conséquent, à les rapprocher d’une observation de la société.

Continuer la lecture de Chanter pour mieux distancier ? La mise en scène du fait réel à l’opéra
  1. Pascal Huynh, Kurt Weill : de Berlin à Broadway, Paris, Éditions Plume, 1993, p. 159. []
  2. Voir Kurt Weill, « L’Opéra d’actualité », présent dans Kurt Weill : de Berlin à Broadway, op. cit., p. 171-175. []
  3. Ibid., p. 173. []

« Die Mutter » de Brecht et Eisler : mise en scène du marxisme et pensée critique du militantisme

La Mère ou Vie de la révolutionnaire Pelagie Vlassova de Tversk1, est une pièce que Brecht adapte du roman La Mère2 de Gorki (1907) durant l’été 19313. Ce roman trouve ses sources dans l’histoire de famille d’Anna Kirillovna Zalomova, rebaptisée sous le nom de Pélaguée Nilovna Vlassova par l’auteur4, puis Pélagie Vlassova par Brecht. Cette pièce est créée en collaboration avec le compositeur Eisler, le scénariste et dramaturge Emil Burri ainsi que le scénographe Caspar Neher. La première mise en scène a lieu le 15 janvier 1932 à Berlin5 avec Helene Weigel dans le rôle de Pelagie Vlassova et Ernst Busch dans celui de Pavel.

Die Mutter met en scène une femme « veuve d’un ouvrier, mère d’un ouvrier6 » qui, en premier lieu pour protéger son fils, entre peu à peu dans la lutte des classes, jusqu’à diriger elle-même les actions – voir le chapitre 6 c « Pelagie Vlassova apprend à lire » dans lequel elle organise un cours de lecture avec ses voisins ouvriers, car « Lire, c’est la lutte des classes7 » ; ou encore le chapitre 9 durant lequel elle dirige une session d’impression clandestine. La pièce de Brecht traite donc du parcours d’une femme âgée dans la conscience politique et militante.

Si Brecht reprend le roman de Gorki, dont le contexte narratif est celui de la toute fin du XIXe siècle en Russie, il semble que le dramaturge utilise ce cadre comme un outil pour une réflexion philosophique sur l’engagement politique, plutôt qu’un moyen de véhiculer les idées marxistes pourtant largement présentes dans le texte.
Aussi tenterons-nous de relever les espaces et les possibilités laissés par les auteurs (dramaturge et compositeur) au profit d’une réflexion critique sur l’engagement. Malgré les affinités politiques de Brecht et Eisler, dont nous savons qu’elles sont proches de celles de leurs personnages, il s’agira de comprendre comment le marxisme passe d’une idée véhiculée à une matière à penser.

Continuer la lecture de « Die Mutter » de Brecht et Eisler : mise en scène du marxisme et pensée critique du militantisme
  1. Bertolt Brecht, « La Mère : Vie de la révolutionnaire Pélagie Vlassova de Tversk (d’après le roman de Maxime Gorki) », in Théâtre complet, Maurice Regnaut et André Steiger (trad.), Paris, L’Arche, p. 141- 205 ; Bertolt Brecht, Die Mutter : ein Stück (1967), Reinbek bei Hamburg, Rowohlt,  Rororo -Theater, 1977. []
  2. Maxime Gorki, La Mère (1907), Serge Persky (trad.), FB Editions, 2015. []
  3. Cf. Laura J. R. Bradley, Brecht and political theatre : « The Mother » on stage, New York, Clarendon Press ; Oxford University Press,  Oxford modern languages and literature monographs, 2006, p. 23. []
  4. Voir « Une Visite à Anna Zalomova » par S. Orlov dans Maxime Gorki, La Mère, op. cit., p. 5-6. []
  5. Cf. Laura J. R. Bradley, Brecht and political theatre, op. cit., p. 30. Au « Komödienhaus am Schiffbauerdamm » à Berlin. []
  6. Bertolt Brecht, « La Mère : Vie de la révolutionnaire Pélagie Vlassova de Tversk (d’après le roman de Maxime Gorki) », op. cit., p. 149. []
  7. Ibid., p. 175. []