Rapport – Exposition «Quelles musiques pour la piste ? »

Dans le cadre du colloque international « Quelles musiques pour la piste ? Musique au cirque de la fin du XVIIe siècle à nos jours » organisé par la chaire ICiMa, la Circus Arts Research Platform et le Centre national des arts du cirque, avec le soutien de la Maison des Sciences Humaines et du CERHIC – Université Reims Champagne-Ardenne, l’exposition préparée par le Centre de ressources du Cnac a mis en lumière des archives qui permettent de saisir la place et l’évolution de la musique dans les arts du cirque.

La richesse documentaire de l’exposition se révèle dans la variété des documents rendus disponibles pour le public. Affiches, photographies, tableaux, vinyles, CD, programmes et partitions, issus de différents fonds conservés au Centre de ressources du Cnac, couvrent une large période de la fin du XIXe siècle à nos jours, et montrent, s’il fallait le prouver, que la musique est une composante des arts du cirque qui garde une place privilégiée au fil des années, et ce, qu’importent les esthétiques.

Une playlist « Cirque et musique » composée par la chaire ICiMa est disponible en suivant ce lien.

La musique, un attribut du cirque

 Paul et Albert Fratellini, Elzingre, 1920, collection Pierre-Robert Lévy / Cnac.

Ce tableau représente deux clowns que seul le nez rouge permet d’identifier : l’un joue de la guitare et l’autre du tuba. Les couleurs crépusculaires de ce double portrait évoquent l’imaginaire collectif relatif du cirque. Associé au noir des costumes de clown et au rouge de leur nez qui contamine aussi le visage et les mains, le jaune pastel des instruments suggère que la musique serait un élément intrinsèque au cirque, le troisième côté du triangle. Telle une synecdoque, la représentation des clowns musiciens au moyen des trois couleurs traditionnelles du cirque symbolise l’entité dans laquelle la musique s’avère essentielle.

Programme du Cirque Molier 1926, collection Jacob/William / Cnac.

La couverture de ce programme s’organise autour d’un écuyer, au centre, accompagné d’un clown blanc et d’un chef de piste qui tiennent un panneau du nom du cirque. Plus bas dans l’image, nous retrouvons un clown qui joue de la guitare, assis sur une pancarte indiquant l’année 1926. À nouveau, parmi les éléments symboliques du cirque, avec la voltige, le clown et la mise en piste, la musique tient une place de choix.

Le Cheval mélomane, du Cirque Napoléon Rancy, archives Tristan Rémy / Cnac.

La musique prend aussi place à l’intérieur des numéros. Le Cirque Napoléon Rancy donne à voir, dans l’affichette dédiée au Cheval mélomane, plusieurs situations dans lesquelles le cheval musicien montre sa virtuosité, jouant du piano, de la batterie, etc. Le cheval devient ici le soliste et la performance réside dans sa capacité à devenir musicien. Pour mettre en évidence la place centrale de la musique dans ce numéro, ces illustrations sont entourées d’une portée.

Grock, Bils, collection Pierre-Robert Lévy / Cnac.

Ce portrait représente le clown Grock debout, de profil, jouant de la clarinette. Le bout de son nez, rouge, et ses longues chaussures sont les seuls éléments qui nous rappellent qui est Grock. Ses yeux fermés donnent au spectateur l’impression de saisir l’humilité du clown face au son produit avec sa clarinette1. Le cœur de l’œuvre réside dans la musique qui émerge de l’image et qui se développe dans l’imaginaire de chacun. L’absence de regard et d’adresse au spectateur témoigne de la confidentialité que revêt cette scène, en dehors de toute représentation. Ce portrait montre au spectateur un Grock, figure emblématique du clown musicien, bien plus musicien que clown – le vinyle de l’Odéon, dédié à « Son sketch en 4 disques » et présent dans l’exposition, montre à quel point Grock s’écoute autant qu’il se regarde.

Le gros succès des Fratellini, Love Waltz, Valse pour piano par José M. Lucchesi, 1926, éditions Francis Salabert, fonds Pierre-Robert Lévy / Cnac et Nous avons les Fratellini, paroles de Maurice Frot, musique de Roger Weiller, France édition, fonds Pierre-Robert Levy / Cnac.

La présence de partitions dans l’exposition rappelle que la musique de cirque peut faire et a fait répertoire. Les sources écrites lui permettent de survivre à l’éphémère du spectacle vivant, à l’instar des nombreux vinyles et CD consacrés à la musique de cirque exposés et disponibles au centre de ressources du Cnac.

© Audrey Laloy / Cnac

La figure du clown musicien et ses représentations

Grock, anonyme, archives Pierre-Robert Lévy / Cnac.

Ce second portrait à la taille montre Grock face au spectateur, bien qu’il regarde de côté adressant un de ses fameux sourires “à la Grock”. Il porte à la main son accessoire fétiche, un violon dont la petite taille se remarque en rapport avec celle de l’archet, bien plus long, qui l’accompagne. Le clown est ici fidèle à son personnage.

Clown, par Roger Guilt, fonds Pierre-Robert Lévy / Cnac.

Le clown anonyme, debout, adossé au mur, les jambes croisées et jouant de la guitare de manière distraite, semble surpris en coulisse, avant ou après la représentation, selon l’imagination du spectateur.

Dr. Stivín & Mr. Turba, « musique / image / collage » (hudebni podíváná), archives du Cnac.

Cette photographie, divisée en deux parties, montre d’un côté un homme, béret sur la tête, qui porte un saxophone d’une main et une flûte traversière de l’autre. Il regarde droit vers le spectateur, sourire aux lèvres. Son personnage de clown émerge du caractère absurde que suscitent les deux instruments pour un seul musicien. En face se tient un deuxième personnage, micro autour du cou, un œil dans une caméra et l’autre en direction du spectateur. Son air nonchalant, une main sur la hanche, est partagé avec ce dernier, témoin d’une scène qui n’est pas tout à fait prise au sérieux. Cette adresse rappelle celle que le clown convoque fréquemment, cherchant le soutien, voire la complicité du spectateur.

La Cie Chapertons présente Boom !, A la Pépinière Opéra du 17 au 29 mars, fonds du Cnac.

Le trio que forment le clown-contrebassiste, le clown-violoncelliste et le clown-violoniste, tous les trois en salopette, est munis d’instruments en ballon sculpté, attribut traditionnel bien que récent du clown, et d’un archet pour chacun. Deux des accessoires classiques du clown ont ici fusionné au profit d’une actualisation de la figure du clown musicien.

De nombreuses photographies montrent différents clowns musiciens, dont certains ont marqué l’histoire du cirque : Photographie des Tenelys ; Les Fratellini, clowns musicaux, fonds Pierre-Robert Lévy / Cnac ; Rhum au piano, Pierre-Joseph Dannés, archives Ali Héritier / Cnac ; Menchassy Bros, clowns musicaux, Karl Leher, archives Ariane Touzé / Cnac.

L’affiche de l’exposition, extraite du spectacle de la 18e promotion du Cnac, 2007, Tout est perdu sauf le bonheur, témoigne de l’importance de cette figure dans l’histoire du cirque.

© Audrey Laloy / Cnac

Pour citer ce billet : Karine Saroh, « Rapport – Exposition «Quelles musiques pour la piste ? » », in Bande de violons - Étude de la pluridisciplinarité en scène [en ligne], le 1 mars 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : https://bandeviolons.hypotheses.org/512.

  1. The Clarinet Quartet de Grock and His Partner (Max van Embden), musique de numéro, est disponible dans la playlist préparée par la chaire ICiMa. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.