De la nécessité d’un carnet de recherche sur la pluridisciplinarité en scène

Alors que les scènes européennes « institutionnelles » semblent revenir vers le potentiel pluridisciplinaire des arts du spectacle – si bien que le spectateur peut se trouver démuni face à la qualification de certaines créations : théâtre, danse, cirque, théâtre musical, opéra ? –, il apparaît fondamental de théoriser, voire de valoriser, une approche qui permette d’aborder ces œuvres et leur caractère composite. L’ouverture des formations en arts du spectacle et parfois l’évolution de la dénomination « études théâtrales » vers « arts du spectacle » ou « arts de la scène » sont sans doute des échos à la prise en compte de cette pluridisciplinarité.

Toutefois, un examen historique permet de rappeler la place importante de cette pluridisciplinarité dans l’histoire des arts scéniques, et ce, depuis l’Antiquité. Le désir récurrent de totalité – plus ou moins explicite – reste en effet empreint du modèle théâtral antique. De même, si l’opéra est aujourd’hui un objet artistique qui matérialise de manière particulièrement évidente le dialogue entre les arts, notamment la musique et le théâtre, faut-il rappeler que ce genre naît, à la fin du XVIe siècle, au cœur d’un projet « théâtral », celui de recréer le théâtre antique, ou ce que la Camerata Academica fantasme dans le théâtre antique, autrement dit la réunion des arts. Il semble pourtant que l’opéra, objet d’étude de la musicologie, soit souvent mis de côté, sinon exclu des arts du spectacle et de ses enseignements. La caractéristique texto-centrée de l’historiographie du théâtre, notamment du théâtre français, est le reflet de choix institutionnels dont les conséquences esthétiques sont encore visibles.
Bien que musique et théâtre dialoguaient déjà dans de nombreuses formes, la création de l’Académie Royale de musique en 1672 offre les moyens à Lully de poursuivre le projet opératique français, et lui donne pour cela « l’exclusivité, sur l’ensemble du territoire national, des spectacles de musique et de danse en français ou dans une autre langue1 ». Ainsi le théâtre français institutionnel, représenté par la Comédie Française créée en 1680, entame-t-il sa longue tradition texto-centré. Cette frontière tracée entre « théâtre parlé » et « théâtre chanté » n’existe, de manière si radicale, qu’en France et que dans la sphère « savante », pour ne pas dire « royale », de l’art scénique – les numéros de foire sont toujours accompagnés des bandes de violons2 et l’Opéra Comique naît en 1714.

Par conséquent, bien que les discours soient particulièrement ancrés, il est important de rappeler que la tendance texto-centrée du théâtre français n’est qu’un épisode, aussi long soit-il, engagé par la Comédie Française. La rigueur historique doit nous garder de faire d’un moment daté une généralité dans l’histoire des arts du spectacle français, à laquelle ont aussi participé l’opéra, les formes scéniques dites « populaires » telles que la comédie musicale, et le cirque (fondamentalement pluridisciplinaire et musical).
En outre, si les scènes théâtrales, circassiennes et chorégraphiques font très régulièrement appel à la musique, le concert est aussi une forme d’art scénique qui, dans certains cas, donne une place importante au corps en mouvement et à la parole3.

Parce que la pluridisciplinarité est en somme intrinsèque aux arts du spectacle, l’étude des modalités de coexistence de ces arts semble bien être un incontournable des recherches historiques et esthétiques. Ce carnet – lui aussi pluriel – composé d’analyses de spectacle, d’entretiens avec artistes et d’essais théoriques entend varier les approches d’un corpus divers, du théâtre au concert, de l’opéra au cirque.

Pour proposer un article traitant d’une forme de pluridisciplinarité, merci d’envoyer une présentation à saroh.karine@gmail.com

Image à la une : Juggler Spoonful 2. Crédits : J. Arlecchino

Pour citer ce billet : Karine Saroh, « De la nécessité d’un carnet de recherche sur la pluridisciplinarité en scène », in Bande de violons - Étude de la pluridisciplinarité en scène [en ligne], le 30 avril 2019, consulté le 26 novembre 2020. URL : https://bandeviolons.hypotheses.org/1.


  1. Solveig SERRE, « Monopole de l’art, art du monopole ? L’Opéra de Paris sous l’Ancien Régime », Entreprises et histoire, 2010, n.53, p. 80. []
  2. voir Luc CHARLES-DOMINIQUE, Les « Bandes » de violon en Europe, cinq siècles de transferts culturels, Turnhout, Brepols, 2018 []

  3. Voir la liste des spectacles pluridisciplinaires qui sera régulièrement mise à jour. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.